Archives par étiquette : Séminaire

MOPP Séminaire 1 : « Action publique dans le secteur culturel»

Opéra BastilleProblématique: en quoi le cas du secteur culturel illustre-t-il les problématiques qui se posent au secteur public (organisations publiques et politiques publiques) ?

Enseignant : Frédéric Kletz  – CGS

Ce module a pour objet d’étudier la dynamique et le pilotage de l’action publique, à travers une plongée dans un secteur particulier (le secteur culturel), qui constitue un excellent terrain d’analyse, illustrant particulièrement bien un certain nombre de problématiques qui se posent au secteur public.

L’action publique en mouvement dans le secteur culturel : Au domaine culturel a longtemps été associée la notion d’action publique, sans que celle-ci soit remise en cause d’une manière ou d’une autre : l’intervention de la puissance publique dans le domaine culturel a été historiquement massive en France, notamment depuis la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, des remises en cause se font de facto. Les différents champs sont soumis à un mouvement de modernisation, qui se traduit par un changement dans les modes d’administration du secteur :

  •  remise en cause de la légitimité de l’Etat sur certaines de ses fonctions traditionnelles (via l’Europe notamment)
  •  démocratisation culturelle et participation des publics
  • nouvelle légitimité du regard gestionnaire dans le secteur public
  • décentralisation
  • arrivée de nouvelles théories économiques
  • interrogations sur le fonctionnement de l’Etat lui-même (réforme de l’Etat, LOLF, montée des problématiques RH, débats répétés autour du statut de fonctionnaires et du rôle des corps,…).

Ces évolutions posent un certain nombre de questions sur la légitimité de l’intervention publique dans le domaine culturel. Les processus de modernisation à l’œuvre traduisent-ils une dérive de l’administration publique par rapport aux principes généraux qui jusqu’à présent, légitimaient son action ? ou plutôt une révision et un assouplissement des principes qui avaient conduit à une intervention massive dans le domaine culturel ? Sur quoi ce mouvement peut-il déboucher ?

Nous allons voir que ce mouvement se caractérise, en fait, par l’invention de nouvelles formes d’action publique, qui s’adaptent mieux aux nouveaux contours du secteur, à ses nouvelles contraintes et caractéristiques. L’évolution du mode d’intervention de la puissance publique renvoie au changement que connaît le secteur culturel lui-même. Mais certaines inerties demeurent, reposant non seulement sur les instruments de gestion de l’administration, mais également sur une certaine « culture », une idéologie dominante, freinant un certain nombre d’évolutions, et aboutissant à de nombreuses interrogations, voire à des dérives du mode d’intervention publique. Un apport de nouveaux savoirs pourrait alors apparaître comme le moteur d’une nouvelle dynamique de l’action publique.

Fil directeur du module:

Plus concrètement, ce cours fait le point sur les différents aspects qui touchent le secteur culturel depuis quelques années : multiplication des investissements culturels souvent d’ampleur importante (de la BNF à l’Opéra Bastille), multiplication d’« événements » culturels (avec notamment les grandes expositions muséographiques), nouvelles modalités de fonctionnement du ministère (décentralisation, GRH,…), irruption des nouvelles technologies de la communication (visite virtuelle de musées, téléchargement de musiques…), multiples  interventions publiques, mais également, conflits sociaux, grèves, difficultés financières,… Il entre dans les méandres de ce secteur public, en en étudiant son mode de fonctionnement, ses spécificités et ses contraintes, son organisation, son mode de régulation, la coordination entre acteurs, les questions   ’évaluation, les logiques des acteurs de ces « mondes de l’art », les forces qui les régulent, et évidemment les modalités de l’intervention publique.

Ce module aborde les questions de politiques publiques, de gestion des entreprises publiques et des biens publics, en procédant à un gros plan sur un secteur particulier, qui permet de balayer un certain nombre de thèmes transversaux (mode de fonctionnement des institutions publiques impliquées, financement et régulation, rémunération d’un bien public, création de produits publics,…). Les questions d’esthétique (sauf sous l’angle de leur interaction avec la gestion), ou celles qui concernent l’acte de création ou la personnalité des créateurs ne seront, en revanche, pas traitées. Le cours s’appuie sur des exemples concrets, issus des recherches effectuées notamment par le CGS, et sur différents témoignages d’acteurs du monde culturel.

  • Thématiques étudiées pendant le module :
    – Introduction : Légitimité et formes de l’action publique dans le secteur culturel
    – La GRH, comme levier de l’action publique – Stratégie de développement et mode de pilotage des institutions publiques culturelles
    – L’Etat, régulateur et législateur.
    – L’action publique face au changement du paysage culturel (introduction des NTIC dans l’industrie du disque et du cinéma) : quels acteurs ? quelle intervention publique ? Quelles règles instituées ? quels changements actuels ?
    – La démocratisation culturelles et la participation des publics
    – L’action publique face au développement de nouvelles formes de pratiques culturelles.
    – Les régimes de signification portées par les institutions culturelles.
    – Conclusion : quels enseignements dégager de cet exemple ? Pour une meilleure compréhension du management public